DOSSIER JUDAISME :



Histoire du Diable :                                                                                       

 

 

Dans les croyances judéo-chrétiennes, le concept du diable n'a pas toujours été ce qu'il est actuellement.

Le mot "Diable" vient du grec "Diabolos" qui signifie "Celui qui se met en travers, le diviseur, le calomniateur, l’accusateur". Il traduit le mot hébreu "Satan" qui signifie "Accusateur / Adversaire".
Au début, ce dernier n'était qu'un nom commun, avec un article, comme on le voit dans les plus vieux textes :

1 Rois 5;4:
"Mais maintenant l’Éternel, mon Dieu, m’a donné de la tranquillité de tous les côtés ; il n’y a ni adversaire (satan) ni événement fâcheux."

1 Rois 11;14 et 23:
"Et l’Éternel suscita un adversaire (satan) à Salomon, Hadad, l’Édomite : il était de la semence royale en Édom (…) Dieu lui suscita encore un adversaire (un satan), Rezon, fils d’Éliada, qui s’enfuit de chez Hadadézer, roi de Tsoba, son seigneur."

1 Samuel 29;4:
"Et les chefs des Philistins se mirent en colère contre lui, et les chefs des Philistins lui dirent : Renvoie cet homme, et qu’il retourne en son lieu, là où tu l’as établi, et qu’il ne descende pas avec nous à la bataille, afin qu’il ne soit pas un adversaire (un satan) contre nous dans la bataille ; car comment celui-là se rendrait-il agréable à son seigneur, sinon avec les têtes de ces hommes-ci ?"

2 Samuel 19;22:
"Et David dit : Qu’ai-je à faire avec vous, fils de Tseruïa / Zeruaiah ? car vous êtes aujourd’hui des adversaires (des satans) pour moi. Ferait-on mourir aujourd’hui un homme en Israël ? Car ne sais-je pas que je suis aujourd’hui roi sur Israël ?"

Nombres 22;22:
"Mais la colère de Dieu s’embrasa parce qu’il s’en allait ; et l’Ange de l’Éternel se posta sur le chemin comme un adversaire (comme un satan) contre lui. Et il était monté sur son ânesse, et ses deux jeunes hommes étaient avec lui."

Plus tard, le mot "Satan" prit également un sens juridique. On l'employa pour désigner le procureur dans les tribunaux. On parla alors DU satan qui oeuvrait dans le tribunal de Dieu :

Psaume 109;6:
"Prépose sur lui un méchant, et que l’adversaire / procureur (Satan) se tienne à sa droite."

Zacharie 3;1:
"Et il me fit voir Josué, le grand sacrificateur, debout devant l’Ange de l’Éternel, et le satan (ha-satan) se tenant à sa droite pour l’accuser."

Job 1;6-12 :
"Or, un jour, il arriva que les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Éternel, et le satan (ha-satan) aussi vint au milieu d’eux. Et l’Éternel dit au satan : D’où viens-tu ? Et le satan répondit à l’Éternel et dit : De courir çà et là sur la terre et de m’y promener. Et l’Éternel dit au satan : As-tu considéré mon serviteur Job, qu’il n’y a sur la terre aucun homme comme lui, parfait et droit, craignant Dieu, et se retirant du mal ? Et le satan répondit à l’Éternel et dit : Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? Ne l’as-tu pas, toi, entouré de toutes parts d’une haie de protection, lui, et sa maison, et tout ce qui lui appartient ? Tu as béni le travail de ses mains, et tu as fait abonder son avoir sur la terre. Mais étends ta main et touche à tout ce qu’il a : tu verras s’il ne te maudit pas en face. Et l’Éternel dit au satan : Voici, tout ce qu’il a est en ta main, seulement tu n’étendras pas ta main sur lui. Et le satan sortit de la présence de l’Éternel."

Comme on le voit, dans Job, LE satan n'est pas l'ennemi de Dieu puisqu'il siège à côté de lui. Il lui est même soumis puisqu'il doit lui demander l'autorisation pour pouvoir soumettre Job à la tentation.
A cette époque, le satan était donc considéré comme un ange chargé de vérifier les manquements des hommes envers la loi divine. Dieu avait d'ailleurs de nombreux anges à son service pour surveiller, tester ou punir les humains.

Ainsi, dans I Rois 22,19-22, Dieu envoit l'"Esprit du mensonge" pour égarer Achab.

Dans Isaïe 19,14, Dieu envoit l'"Esprit du vertige" égarer les égyptiens.

Dans Isaïe 29,9-11, Dieu envoit l'"Esprit de torpeur" égarer les habitants de Jérusalem.

Dans Jg.9,23, Dieu envoit l'"Esprit de la discorde" entre Abimélek et les notables de Sichem.

Dans Nombre 22,22, Dieu envoit "un satan" barrer la route à Balaam.

Dans Sam. 15,19, Dieu envoit un esprit mauvais posséder et tourmenter Saül.

Dans le Livre d'Enoch (2ème siècle av.JC) il est dit que Satan est le chef des "Anges du chatiment" dont le role est de torturer les anges déchus en enfer. C'est bien la preuve qu'à cette époque Satan n'était pas considéré comme un ange déchu mais, au contraire, comme une sorte de policier ou de bourreau au service de Dieu.
D'ailleurs dans Enoch 40;7, les satans sont encore considérés comme de simples anges accusateurs (procureurs) auprés de Dieu :

"Et j'entendis la quatrième voix chasser les satans, et elle ne leur permettait pas d'arriver auprès du Seigneur des esprits pour accuser ceux qui habitent sur l'aride."

C'est seulement à une date tardive qu'on a commencé progressivement à faire de Satan l'adversaire de Dieu (comme si un être pouvait être assez fort pour vraiment pouvoir s'opposer à Dieu !) Cette doctrine s'est infiltrée en Israël en provenance de Perse : les Mazdéens croyaient en effet qu'il y a un Dieu du bien (Ahura-Mazda) auquel s'oppose un ange révolté devenu aussi puissant que lui (Ahriman).

Ainsi, à l'époque de la domination perse, un chapitre fut inséré dans les Chroniques pour expliquer que c'est Satan (pour la première fois sous la forme d'un nom propre) qui avait poussé le roi David à faire le recensement du peuple d'Israel (acte considéré comme impie) :

"Et Satan se leva contre Israël, et incita David à dénombrer Israël."
(1 Chroniques 21;1)

Pourtant, l'ancienne version disait bien que c'était Dieu lui-même qui avait commis cet acte :

"Et la colère de l’Éternel s’embrasa de nouveau contre Israël ; et il incita David contre eux, disant : Va, dénombre Israël et Juda."
(2 Samuel 24;1)

En fait, à l'origine, le mal ne venait pas du Diable mais de Dieu lui-mêne, ainsi que le prouvent les textes :

"Je suis l'Éternel, et il n'y en a pas d'autre, Façonnant la lumière et créant les ténèbres, faisant la paix, et créant le mal, Moi, l'Éternel, faisant toutes ces choses."
(Ésaïe 45;6-7)

...et aussi :
" Au jour du bonheur, sois heureux, et au jour du malheur, réfléchis : Dieu a fait l'un comme l'autre."
(Ecclésiaste 7;14)

Faire de Satan une entité indépendante et mauvaise avait un aspect pratique : Ca permettait de lui mettre sur le dos tout ce qu'il était impensable d'attribuer à Dieu.

Dans le "Livre des jubilés" (2eme siècle av.JC), il est dit que c'est Dieu lui-même qui a assigné un mauvais ange à chaque nation pour les détourner de lui et les amener à adorer de faux-dieux.
L'un d'eux, appelé Satan, Mastéma (Mastemah = "Hostilité / Haine / Inimitié / Persécution" ou Mastim = "Adversaire") ou Bélial / Belieal / Béliar ("Belî'ôr "= "sans lumière"ou "Beli Ya'al" = "sans valeur / vaurien") conseille à Dieu de mettre Abraham à l'épreuve en lui demandant de sacrifier Isaac :

"Alors le prince Mastema vint et dit devant Dieu : 'Abraham aime vraiment son fils Isaac et le trouve plus agréable que quiconque. Dis-lui de l'offrir en sacrifice sur un autel. Et vous verrez s'il exécute cet ordre et saurez s'il reste fidèle dans tout ce que tu lui fais subir'." (Jubilés 17;16)

Il demande également la permission à Dieu pour pouvoir enroler les anges déchus :

"Et le seigneur notre Dieu ordonna de les (les démons) attacher tous. Et le chef des esprits, Mastêmâ, est venu et a dit : 'Seigneur, créateur, laissez-en quelques-uns rester avec moi, et laissez-les écouter ma voix, et faire tout que je leurs dirai ; car si quelques-uns ne me sont pas laissés, je ne pourrai pas exécuter la puissance de ma volonté sur les fils des hommes ; pour les corrompre et les dérouter avant le jugement, car grande est la méchanceté des fils des hommes'.. Et il dit : – Que la 10e part d’entre eux demeure devant lui et que les 9 parts descendent dans la place de condamnation. Et il commanda à l’un de nous que nous devions apprendre à Noé toutes leurs médecines, car il savait qu’ils ne marcheraient pas dans la droiture, ni endurer la justice. Et nous firent selon toutes ses paroles ; nous attachâmes tous ceux à l’esprit malin dans la place de condamnation et nous laissâmes une 10e partie d’entre eux pour qu’ils soient soumis devant Satan sur la terre." (Jubilés 10;8)

Mastêmâ se sert de ses anges pour lester, tenter et corrompre les hommes :

"Et le prince Mastema se mit à faire tout cela, et il envoya d'autres esprits, ceux qui étaient mis sous sa main, pour faire toutes sortes de tort et de péché, et toutes sortes de transgressions, pour corrompre et détruire et répandre le sang sur la terre. Pour cette raison, il a appelé le nom de Seroh, Serug, pour inciter les gens à faire toutes sortes de péchés et de transgressions."
(Jubilés 11;4-6)

Mastêmâ peut être identifié à l'ange exterminateur, au service de Dieu :

"Car cette nuit, début de la fête et début de la joie, vous mangiez la Pâque en Egypte, quand toutes les puissances de Mastêmâ ont été lâchées pour tuer tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, du premier-né de Pharaon au premier-né de la servante captive dans le moulin, et au bétail".
(Jubilés 49;2)

Mastêmâ semble être au service de Dieu mais comme un animal qui doit sans cesse être maîtrisé pour ne pas faire trop de dégats. Ainsi Dieu doit-il l'enchainer quand il ne veut pas qu'il continue à tourmenter les Hébreux (Jubilés 48;15-19).

Au 1er siècle av.JC, dans les livres des Esséniens de Qmran, il est encore dit que c'est Dieu qui a envoyé Satan / Belial contre Israel :

"Mais pour la corruption, tu as fait Belial, un ange d'hostilité. Tous ses domaines sont dans les ténèbres, et son but est de provoquer la culpabilité. Tous les esprits qui lui sont associés ne sont que des anges de destruction."

Mais Satan / Belial semble cette fois se comporter comme un anti-Dieu autonome puisqu'on parle de la guerre entre ses partisants (les fils des ténèbres) et ceux de Dieu (les fils de lumière). Et il faudra attendre la fin du monde pour que les armées divines battent enfin celles de Satan / Bélial.

Dans le "Testament des Douze Patriarches" (Vers l'époque de Jésus), Satan / Bélial est enfin représenté complètement comme un rival de Dieu : Lorsque le Messie viendra, les anges puniront les esprits de la tromperie ainsi que Beliear (Testament 3;3). Le Messie liera Beliear et donnera à ses enfants le pouvoir de fouler les mauvais esprits aux pieds (Testament 18;12).

On devra ensuite attendre le christianisme pour cristaliser définitivement Satan dans le role d'un anti-Dieu.

Cependant, chez les Juifs, Satan resta un ange au service de Dieu. Il s'identifia cependant au démon Samael ("Poison de Dieu" ou "Dieu aveugle") dont le rôle varie selon les textes et les époques.
Aparemment, c'est chez les Gnostiques que son nom apparait pour la première fois.

Selon Irénée les gnostiques Ophites donnaient au serpent un double nom : Michael et Samaël / Samiel / Sammane.

Dans le texte gnostique de l'Hypostase des archontes, le mauvais démiurge porte le nom de Sabaoth ou Samael (dieu des aveugles).

Dans le texte gnostique de l''Apocryphon de jean, le démiurge Samael porte trois noms :
"Cet Archonte affaibli possède trois noms : son premier nom est Yaltabaôth, le deuxième Saklas, le troisième Samael (dieu aveugle)."

Dans le texte gnostique des Actes d'André et Matthieu, le diable est appelé Samael (dieu aveugle).

Dans le texte gnostique de l'Ascension d'Isaïe, les noms Beliar (Bélial) et Samaël apparaissent côte à côte comme des noms ou des synonymes de Satan. Il y est dit aussi que Samael est le démon que servait Manassé et que, sur ses ordres, il fit périr Esaïe. Hors dans le midrash des Chroniques, il est écrit que, contrairement à ce qu'affirme la Bible (2 Chroniques 33), ce n'est pas l'idole d'Ashérah mais l'idole de Sémèl (Samael ?) que Manassé avait placée dans le temple de Yahwé. (Dans Ezéchiel 8; 3-6,I, il est dit aussi que le "Sémèl de la jalousie" a été placé dans le temple de Dieu par Manassé.)

Plus tard, chez les Mandéens, Samael sera connu sous le nom de Simyael, le démon de la cécité.

Dans le Judaisme, samael aura diverses fonctions...

Dans Hama b. Hanina Exode R. 21: 7 (vers 250-290 ap.JC), Samael est identifié avec l'ange gardien d'Esaü. Et c'est de lui dont il est question lors de la lutte entre Jacob et un ange.

Le Bereshit Rabba / Genèse Rabba 77:3 (5-6ème siècle ap.JC) fait de Samael l'ange gardien d'Esaü.

Le Sotah 10b du Talmud (6ème siècle ap.JC) en fait l'ange gardien du pays d'Edom, fondé par Esaü.  

Dans le Targum Jonathan / Targum Yonasan / Targum Yerushalmi 1 (12-13ème siècle ap.JC), l'ange qui a combattu contre Jacob n'est plus Samael mais Michael.

Le Zohar I: 166Ae (vers 1270-1280), et le Yalkut Shimoni I:110 (13ème siècle) font encore de Samael l'ange gardien d'Esaü.

Dans la section du Midrash Yelammedenu sur Exode 14:25 (avant le 13ème siècle), Samael est toujours l'ange gardien d'Esaü, mais il a un rôle positif car c'est lui qui repousse les roues des chars des égyptiens lors de la division de la mer Rouge.

Parfois, Samael est également identifié à l'ange de la mort...

Dans l' "Ascension de Moïse" (av.JC), il est dit ceci :
"Il y avait un autre ange au septième ciel, différent en apparence de tous les autres, et d'une mine effrayante. Sa taille était si grande, il aurait fallu cinq cents ans pour couvrir une distance égale à lui, et du sommet de sa tête à la plante de ses pieds il était parsemé d'yeux éblouissants. 'Celui-ci, dit Métatron en s'adressant à Moïse, est Samaël, qui enlève l'âme de l'homme'."

Le Baba Batra 16a du Talmud (6ème siècle ap.JC), présente également Samael comme l'ange de la mort et l'identifie à Satan :
"L'Esprit du mal, Satan, et l'Ange de la Mort (Sama'el), sont les mêmes."

Dans le Targum Jonathan / Targum Yonasan / Targum Yerushalmi 3;6 (12-13ème siècle ap.JC), Samael apparait aussi comme l'ange de la mort et accompagne le serpent de la Genèse :
"Et la femme vit Sammaël, l'ange de la mort, et elle eut peur; pourtant elle savait que l'arbre était bon à manger, et que c'était un remède pour ouvrir les yeux, et un arbre désirable permettant la connaissance. Et elle prit de son fruit, et en mangea; et elle en donna à son mari, et il en mangea."

Dans l'Apocryphon de jean, un texte gnostique, il était dit que le démiurge Samael, créateur du monde matériel, était le vrai père de Caïn. Les Juifs développèrent également cet aspect de Samael...

Dans l'Apocalypse grecque de Baruch (Baruch III) 4:8-10, au 2ème siècle ap.JC, il est raconté que l'ange Sammuel a planté la vigne, l'arbre qui a causé la chute d'Adam, c'est pourquoi il a été maudit par Dieu et est devenu Satan.
Baruch 9:6 raconte aussi que Samael avait pris la forme d'un serpent pour tenter Adam :

"Samaël prit le serpent pour habit".

(Samael est appelé "Satanael" dans la version slavonique du texte).

Dans le midrash Pirkei de Rabbi Eliezer (1er-2ème siècle ap.JC), il est écrit :
"Samael est un grand prince dans le ciel. Les hayyots et les seraphins avaient six ailes, alors que Samael en avait douze. Après que Dieu ait créé le monde, Samael a pris ses suivants et est descendu et il a vu les créatures que Dieu avait créé. Parmi elles il n'en a pas trouvé d'aussi habile à faire le mal que le serpent, comme il est dit, maintenant le serpent était ' la plus rusée des bêtes sauvages' (Genèse 3:1). Son apparence était comme celle d'un chameau et Samael est monté sur lui. Juché sur le serpent, Samael est venu à Eve dans la nuit et l'a séduite, et elle a conçu Caïn. Plus tard, alors que Eve était enceinte de l'ange, Adam est venu à elle, et elle a conçu Abel. D'autres disent que c'est le serpent lui-même qui a séduit Eve. Après qu'il ait vu Adam et Eve accouplés, le serpent conçu une passion pour elle. Il a même imaginé tuer Adam pour épouser Eve. Alors il est venu à Eve quand elle était seule et il l'a possédée et engrossée. C'est ainsi que le serpent fut le père de Cain, qui a été par la suite le meurtrier de son propre frêre." (Pirkei 17)
"Le serpent avait eu des relations avec Eve, et elle a conçu Caïn. Après, elle a conçu Abel comme il dit 'Adam a connu sa femme Eve' (Genèse 4: 1). Qu'est-ce que cela veut dire que 'Adam savait' ? Il savait qu'elle était enceinte. Parce qu'elle a réalisé que le serpent n'était pas une créature terrestre mais un être céleste, elle a dit : 'J'ai gagné un homme avec Dieu'." (Pirkei 21)

Le Talmud babylonien Yebamoth 103a (6ème siècle ap.JC) explique :
"Quand le serpent a copulé avec Eve, il l'a infusée avec sa convoitise. La convoitise des Israélites qui se tenaient au Mont Sinaï a pris fin, la convoitise des idolâtres qui ne se tenaient pas au Mont Sinaï n'a pas pris fin."

Les "Chapitres de Rabbi Éliézer" (9ème siècle) disent :
"Sammael, chevauchant le serpent, vint vers Ève et elle conçut Caïn".

Dans le Guide des égarés, chap.30 (1190), Maimonides raconte :
"Le serpent avait un cavalier, le cavalier était gros comme un chameau, et c'est le cavalier qui a attiré Eve : ce cavalier était Samaël. Samaël est le nom généralement appliqué par nos Sages à Satan."

Le Yalkut - Genèse XXV (13ème siècle) raconte :
"Samaël, poussé par la jalousie, choisit le serpent pour tromper Eve, qu'il approcha, sachant que les femmes pouvaient être plus facilement dupées que les hommes."

Le Zohar 1;35 b (1270-1280) dit :
"Samael ( ...) apparu sur un serpent, car la forme idéale du satan est le serpent ".

Le Zohar, Genèse ch. 7 et 8 dit :
"Samael, quand il est descendu sur la terre, était à cheval sur un serpent. Quand il apparait sous la forme serpentine, il est appelé Satan. Quel que soit son nom, il est l'être connu sous le nom de l'esprit du mal (...) Son nom occulte est Samael, 'Le poison Dieu'. Samael est le nom du serpent qui a séduit et tenté Adam et Eve, et ils sont une seule et même chose et sont tous les deux maudits."

Le Zohar Bereshith, a-b 28 dit :
"Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l'Éternel Dieu avait créés » (Genèse 3:1). 'Animaux des champs' signifie les nations idolâtres qui sont la descendance et la progéniture du serpent ancien qui a tenté et séduit Ève, la poussant à faire le mal en excitant son égoïsme et les autres propensions bestiales en elle. Sous son influence, elle conçut et enfanta Caïn, qui tua son frère Abel, le berger."

Le Zohar 54b dit :
"Voici l'opinion de Rabbi Yeba le vieillard donnée par Rabbi Siméon : les premiers enfants engendrés par Ève furent engendrés par Samael qui lui apparut sur le dos d'un serpent et ne fut donc pas doté du corps humain."

Le Zohar 136b dit :
"Deux êtres (le serpent et Adam) eurent des rapports avec Eve, et elle conçut des deux et porta deux enfants… D'un côté, Caïn est l'hôte de toutes les espèces du mal ; du côté d'Abel viennent les espèces plus miséricordieuses, bien que non encore parfaites – du bon vin mélangé avec du mauvais."

Le Zohar 154a ajoute ceci :
"Le serpent injecta une semence impure en Eve et elle l'absorba ; par conséquent, lorsqu'Adam eut un rapport avec elle, elle conçut deux fils, un du côté impur et un du côté d'Adam ; et Abel porta la ressemblance d'une forme plus élevée, et Caïn porta la forme la plus basse."

Le Targum Yonasan / Yérushalmi (12-13ème siècle ap.JC), Bereishis 4: 1 explique ceci :
"Adam était conscient qu'Eve, sa femme, avait conçu de Samael, l'ange de Yahwé, et elle était tombée enceinte et avait enfanté Caïn, et il était comme ceux d'en haut, pas comme ceux d'en bas, et elle a dit : 'J'ai obtenu un homme avec l'Ange de Dieu' (Genèse 4;1 = 'J'ai obtenu un homme de l'Eternel')."

Et le Peirush Yonason (1609), un commentaire sur Targum Yonasan, ajoute cela :
"Adam a compris que l'apparence de Caïn n'était pas celle des régions inférieures, mais plutôt des régions supérieures. Par conséquent, il savait que l' Ange Samaël dans sa convoitise pour Eve était venu sur elle, et c'est là le sens de 'avec un Ange de Dieu'. "

Le traité Chabbat 146a du Talmud dit aussi :
"Lorsque le serpent eut un rapport avec Eve, il jeta en elle de la boue."

La tradition juive fait également de Samael le procureur du tribunal de Dieu, ainsi qu'il en était déja de Satan...

Dans le Livre d'Hénoch III; 26, 12 (4-5ème siècle ap.JC), il est dit que Samaël, l'ange de Rome, et Doubiel, l'ange de la Perse, siègent au côté de Satan, probablement en tant que procureurs. Pour avoir accusé Israël, tous les trois seront précipités dans la Géhenne le jour du jugement.

Dans le Talmud babylonien (6ème siècle ap.JC), Sotah10b, Samuel (Samael, ange gardien d'Esaü) et Gabriel apparaissent en tant que procureur et avocat du tribunal de Dieu. Mais Samael se montre fourbe et cache des preuves :
"Après que les preuves (de l'innocence de Tamar) aient été trouvées, Samaël est venu et les a enlevées, et Gabriel est venu et les a restaurées."

Dans la tradition rabbinique d'Exode Rabba 18:5 (640-900 ap.JC), Yose raconte que lors de l'exode d'Egypte, Samaël et Michael se tenaient devant Dieu, apparemment en tant que procureur et avocat.

Dans Deuteronome Rabbah 11 (640-900 ap.JC), Samael est appelé "Samael le méchant, le chef de tous les satans".

Selon les Chroniques de Jerahmeel (14ème siècle) Samael est également le chef des satans.

Finalement, il semble bien que "Samael" soit le nom du Diable alors que "Satan" soit son titre, sa fonction.

Mais qu'en est-il de la révolte de Satan contre Dieu ?
C'est la une légende tardive recopiant l'histoire zoroastrienne de la révolte d'Ahriman contre le dieu Ahura-Mazda.
Ce n'est que dans le Second livre d'Hénoch (Livre des secrets d'Hénoch / Livre d'Hénoch en slavon, daté de l'époque de Jésus, qu'il est dit pour la première fois que Satan, sous le nom de Satanael, s'est révolté contre Dieu :

"Ce sont les Gregoroi (anges déchus) qui sont tombés, rejetés par le Seigneur, avec leur prince Satanael."
(2 Henoch 18, 3-6)

"Mais l'un de ceux qui étaient aux ordre des archanges a dévié, avec la division qui était sous son autorité. Il a imaginé l'idée impossible d’égaler ma puissance. Et je le chassai des hauteurs avec ses anges, et il a volé dans les airs sans repos au-dessus du gouffre sans fond."
(2 Henoch 29;4-5)

"Le diable est le mauvais esprit des bas-fonds, comme un fugitif il a fait Sotona au ciel et son nom était Satanail / Satanael, ainsi il est devenu différent des anges, mais sa nature n'a pas changé, ni son intelligence ni sa compréhension des choses justes et pécheresses."
(2 Henoch 31;4)

Dans l'Apocalypse de Baruch (2ème siècle ap.JC), il est ensuite expliqué que le Diable "Samanail" (Samael) est devenu "Satanail". Et c'est lui qui a planté une vigne au Paradis pour tenter Adam et Eve.

Et dans les "Questions de Barthélémy" IV 25 (3ème siècle ap.JC) on donne également le nom de "Satanael" au diable Béliar / Satan, avant sa chute :

"Beliar répondit et dit : Si tu veux connaître mon nom, au commencement j'étais appelé Satanael, ce qui se traduit par 'Ange de Dieu'. Mais lorsque je refusai de reconnaître l'image de Dieu, je reçus le nom de Satan, ce qui signifie 'Ange gardien du Tartare'."

Chez les Gnostiques Bogomiles, Satanael était l'aîné des deux fils de Dieu; l'autre étant le Christ. Satanael était assis à la droite de Dieu mais il s'est rebellé avec d'autres anges. Dieu les a alors chassé hors du ciel et Satanael a erré dans le vide avant de décider de se créer un nouveau monde : notre Univers. Il est donc devenu le Démiurge et le méchant Dieu de l'Ancien Testament, le créateur d'Adam.

La croyance en une révolte du Diable sera reprise par le pseudo Saint Jean dans l'Apocalypse. Celui-ci a récupéré une prophétie d'Isaïe et l'a déformée pour en faire l'histoire d'un dragon nommé Satan s'étant révolté contre Dieu (D'ailleurs, il n'est pas indiqué clairement si cette révolte avait eu lieu dans le passé ou si elle devait avoir lieu quelques temps seulement avant la fin du monde) :

"Et il y eut un combat dans le ciel : Michel et ses anges combattaient contre le dragon. Et le dragon combattait, et ses anges ; et il ne fut pas le plus fort, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et le grand dragon fut précipité, le serpent ancien, celui qui est appelé diable et Satan, celui qui séduit la terre habitée tout entière, — il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Et j’ouïs une grande voix dans le ciel, disant : Maintenant est venu le salut et la puissance et le royaume de notre Dieu et le pouvoir de son Christ, car l’accusateur (Satan) de nos frères, qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit, a été précipité ; et eux l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; et ils n’ont pas aimé leur vie, même jusqu’à la mort. C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux et vous qui y habitez. Malheur à la terre et à la mer, car le diable est descendu vers vous, étant en grande fureur, sachant qu’il a peu de temps."
(Apocalypse 12;7-12) 

Dans la "Caverne aux trésors c.1" (5-6ème siècle ap.JC), la chute du Diable est également évoquée :

"Le rebelle a été balayé au loin et est tombé hors du ciel ; sa chute et celle de toute sa compagnie du ciel eut lieu le 6ème jour, à la 2ème heure du jour et l'habit de leur glorieux rang leur fut dépouillé. Son nom était Satana parce qu'il s'est détourné, Sheda parce qu'il a été chassé, et Daiwa parce qu'il a perdu l'habit de sa gloire."

Chez les Arabes, ce Satan révolté porte le nom de Shaytan ou d'Iblis. Il est dit qu'il est un djin déchu pour avoir désobéi à Dieu. Depuis il tente les hommes pour se venger.
Le Coran II ; 34 en dit ceci :

"Lorsque nous avons dit aux anges : 'Prosternez-vous devant Adam !' Ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis qui refusa et qui s'enorgueillit : il était au nombre des incrédules."


Cette croyance musulmane provient de livres apocryphes.

Ainsi, dans le "Livre d'Adam", Satan explique ceci à Adam :

"Michæl appela tous les anges et Dieu leur dit : – Venez, agenouillez-vous devant le dieu que j’ai fait. Michæl s’inclina le premier puis il m’appela et dit : – Toi aussi, agenouille-toi devant Adam. Je dis : – Va-t’en Michæl ! Je ne m’agenouillerai pas devant celui qui est postérieur à moi, car je le précède. Pourquoi serait-il bien de m’agenouiller face à lui ? Les autres anges qui étaient avec moi entendirent cela aussi et mes paroles leur semblèrent plaisantes et ils ne se sont pas prosternés vers toi, Adam. Alors Dieu s'irrita contre moi et commanda de nous expulser de notre habitation et de nous jeter sur la terre, moi et mes anges qui étaient en accord avec moi, et vous étiez à ce moment-là dans le jardin."

Dans les "Questions de Barthélemy 4,54-55" (3ème siècle ap.JC), Satan raconte également cela :
"Lorsque je revins des extrémités du monde, Michel me dit : 'Prosterne-toi devant l’image de Dieu, qu’il a façonnée selon sa ressemblance'. Mais je répondis : 'Moi qui suis feu issu du feu, le premier ange a avoir été façonné, je devrais me prosterner devant l’argile et la matière ?' Michel me dit : 'Prosterne-toi afin que Dieu ne s’irrite pas contre toi.' Je répondis : 'Non Dieu ne s’irritera pas contre moi, mais j’établirai mon trône en face de son trône et je serai comme lui'. Alors Dieu s’irrita contre moi et me précipita en bas."

Et dans "La vie d’Adam et Eve 13-16" (vers l'époque de Jésus), on trouve la même histoire, ainsi que l'identification de Satan avec le serpent tentateur :

"Le diable répondit : 'Adam, que me dites-vous? A cause de vous, j'ai été chassé du ciel. Quand vous avez été formés, j'ai été chassé de la face de Dieu et j'ai été chassé de la compagnie des anges. Quand Dieu a soufflé en vous le souffle de la vie et que votre visage et votre aspect ont été faits à l'image de Dieu, Michael vous a guidés et vous a fait adorer aux yeux de Dieu. Le Seigneur Dieu a alors dit : 'Voici, Adam, je vous ai créés à notre image et à notre ressemblance'.
Après être sorti, Michael appela tous les anges en disant: 'Adorez l'image du Seigneur Dieu, comme l'a ordonné le Seigneur Dieu'.
Michel lui-même adora d'abord, puis il m'appela et dit : 'Adore l'image de Dieu Jéhovah'.
J'ai répondu : 'Je n'ai rien en moi pour adorer Adam'. Quand Michael m'a forcé à adorer, je lui ai dit : 'Pourquoi me contrains-tu ? Je n'adorerai pas celui qui est plus bas et postérieur à moi. Je suis antérieur à cette créature. Avant sa création, j'avais déjà été fait. Il devrait m'adorer'.
En entendant cela, d'autres anges qui étaient sous mes ordres ne voulurent pas l'adorer non plus.
Michael a dit : 'Adorez l'image de Dieu. Si vous n'adorez pas, le Seigneur Dieu se mettra en colère contre vous'.
J'ai dit : 'S'il se fâche contre moi, je placerai mon siège au-dessus des étoiles du ciel et je serai comme le Très-Haut'.
Alors le Seigneur Dieu s'est mis en colère contre moi et m'a renvoyé avec mes anges hors de notre gloire. À cause de vous, nous avons été expulsés de notre demeure dans ce monde et jetés sur la terre. Immédiatement nous avons été dans la douleur, puisque nous étions dépouillés de tant de gloire, et affligés de vous voir dans un si grand bonheur de délices. Par un tour, j'ai alors trompé votre femme et vous ai fait expulser, à cause d'elle, hors des délices de votre bonheur, comme j'avais été expulsé de ma gloire."

Dans la "Vie grecque d'Adam et Eve 16;3" Satan dit ceci au serpent :

"Pourquoi manges-tu de l'ivraie d'Adam et non des fruits du paradis ? Allons, faisons-le expulser du paradis comme il nous en a fait aussi expulser."

Idem dans la littérature talmudique (Bereshit Rabbah 8 et 10, Pirké Rabbi Eliezer 11, Tanhuma Pequde 3 et Pesikta de Rab Kahana 57a) :

"Dieu invita Satan à se prosterner devant Adam, Satan refusa, au motif qu'il avait été fait de feu alors qu'Adam avait été fait d'argile. Pour ce refus, Satan fut maudit par Dieu."

En fait, cette histoire de Satan qui refuse d'adorer Adam avec les autres anges vient probablement d'une méprise.

Dans l'épître aux Hébreux 1:5-6, Paul disait en effet ceci :

"Auquel des anges, en effet, Dieu a-t-il jamais dit : 'Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré ?' Et encore : 'Je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils.' Et de nouveau, lorsqu'il introduit le Premier-né dans le monde, il dit : 'Que tous les anges de Dieu l'adorent'."

Pour Paul le premier-né de Dieu c'était Jésus, et c'est lui qu'il demandait donc d'adorer.

Mais Paul déformait le sens d'un passage qu'il avait trouvé dans la Septante. Ce passage, qui a disparu dans les Bibles actuelles, se trouvait alors inséré entre les versets 42 et 43 du Deutéronome 32. Et il disait ceci :

"Réjouissez-vous, ô cieux, avec lui, et que tous les anges de Dieu l'adorent ! Réjouissez-vous, Gentils, avec son peuple, et que tout les fils de Dieu se renforcent en lui, car il vengera le sang de ses fils, et il se vengera, il rendra la pareille à ses adversaires, il paiera de retour ceux qui le haïssent et le Seigneur purifiera la terre de son peuple."

Dans ce passage, il est clair que c'est Dieu lui-même et non pas Adam ou Jésus que les anges devaient adorer.

On peut d'ailleurs rapprocher également le texte de Paul du psaume 97;7 qui parle lui aussi manifestement de Dieu et pas d'Adam ou de Jésus :

"Que tous ceux qui servent une image taillée, qui se vantent des idoles, soient honteux. Vous, tous les dieux (ou anges), prosternez-vous devant lui."

Quand à la légende de la révolte et de la chute de Satan, elle vient de son identification à un autre personnage : Lucifer.
Ce dernier était un dieu cananéen déchu (de son vrai nom Heylel ben Shahar) que Yahvé avait précipité sur terre dans des circonstances que la Bible ne précise pas vraiment.

Un passage d'Esaïe 14,12-15 l'évoque ainsi :
"Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l'aurore (Heylel fils de Shahar) ! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations !
Tu disais en ton coeur : 'Je monterai au ciel, J'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; Je m'assiérai sur la montagne de l'assemblée, A l'extrémité du septentrion;
Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très-Haut.'
Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, Dans les profondeurs de la fosse."


De nombreux pères de l'Église primitive (Tertullien 160-220 ap.JC, Origène 185-254 ap. JC, St Jerôme 347-420 ap.JC, Grégoire le Grand 540-604 ap.JC) se sont imaginé que ce passage se référait à la chute de Satan. Ainsi, dans son livre "Apologie contre Rufin I, 34", St Jérôme racontait ceci :
"L’apôtre signifie par ces expressions les anges rebelles et le prince de ce monde, et Lucifer qui était autrefois l'étoile du matin, sur qui à la fin de l'âge, les saints doivent s'asseoir avec le Christ ... les anges rebelles et le prince de ce monde, et Lucifer qui était autrefois l'étoile du matin."

Et Grégoire de Naziance (329-390 ap.JC) en disait celà :
"Lucifer, le tout premier, élevé au plus haut - d'une éminence beauté, il aspirait en effet à l'honneur royal de la puissance divine - perdit sa splendeur et tomba ici sans gloire, tout rempli de ténèbres au lieu d'être Dieu."

Même Jésus semblait confondre Satan et Lucifer :
"Jésus leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair." (Luc 10;18)

Cependant Tyconius (4ème siècle ap.JC), dans son Liber regularum, a montré que le texte d'Esaïe ne parlait pas de la révolte du Diable mais comparait plutôt la chute du dieu cananéen Heylel avec la chute du roi de Babylone.

Le nom d'Heylel est construit sur la racine "Hâlal" qui signifie "briller, luire" mais aussi "vouloir briller, se vanter, extravaguer". En fait, chez les Cananéens, cet Heylel était le fils de Shahar ("Aube, obscurité"), dieu de Vénus, l'étoile du matin (dans le psaume 139;9, il est fait allusion à ce dieu : "Si je prends les ailes de Shahar...").
Dans la Vulgate, "Heylel fils de Shahar" a été traduit en latin par "Lucifer" (c'est à dire "Porte-lumière") car c'était là le nom donné par les Romains à l'étoile du matin. Et dans la Septante (Ancien Testament traduit en grec), ce nom a étét traduit par "Eôs-phoros" ("Porteur d'Aurore"). Phosphoros ou Eôs-Phosphoros étant le nom grec de Vénus, l'étoile du matin. Et dans le mythologie grecque, la chute de "Heylel fils de Shahar" est devenue la chute de "Phaéton, le fils d'Eos (Aurore)".
A noter que le nom de Jérusalem se traduit par "Fondement de Shalem". Shalem étant le nom du dieu cananéen de la planète Vénus en tant qu'étoile du soir (appelée "Vesper" en latin et "Hesperos" en grec). Shalem était aussi le dieu de la paix car, en Mésopotamie, il y avait une opposition astrologique entre Vénus en tant qu'étoile du matin (qui présidait la guerre) et Vénus en tant qu'étoile du soir (qui présidait la paix).

Il est possible que ce passage d'Ezechiel 28,12-19 parle également de la chute d' Heylel :
Ainsi parle le Seigneur Yahvé.
Tu étais un modèle de perfection, plein de sagesse, merveilleux de beauté, tu étais en Éden, au jardin de Dieu. Toutes sortes de pierres précieuses formaient ton manteau : sardoine, topaze, diamant, chrysolite, onyx, jaspe, saphir, escarboucle, émeraude, d'or étaient travaillées tes pendeloques et tes paillettes; tout cela fut préparé au jour de ta création.
Toi, j'avais fait de toi un chérubin protecteur aux ailes déployées, tu étais sur la sainte montagne de Dieu, tu marchais au milieu des charbons ardents.
Ta conduite fut exemplaire depuis le jour de ta création jusqu'à ce que fût trouvée en toi l'injustice.
Par l'activité de ton commerce, tu t'es rempli de violence et de péchés. Je t'ai précipité de la montagne de Dieu et je t'ai fait périr, chérubin protecteur, du milieu des charbons.
Ton cœur s'est enorgueilli à cause de ta beauté. Tu as corrompu ta sagesse à cause de ton éclat. Je t'ai jeté à terre, je t'ai offert en spectacle aux rois.
Par la multitude de tes fautes, par la malhonnêteté de ton commerce, tu as profané tes sanctuaires. J'ai fait sortir de toi un feu pour te dévorer; je t'ai réduit en cendres sur la terre, aux yeux de tous ceux qui te regardaient.
Quiconque te connaît parmi les peuples est frappé de stupeur à ton sujet. Tu es devenu un objet d'effroi, c'en est fait de toi à jamais."

Tertulliens (160-220 ap.JC) et Origène (185-254 ap. JC) ont vu là une allusion à la chute de Lucifer. Cependant Polychronius (5ème siècle ap.JC) s'est opposé à cette identification, voyant bien que ce texte parlait plutôt de la chute du roi de Tyr.

C'est seulement au VIIème siècle ap.JC que le poète anglo-saxon Caedmon écrira le texte "Christ and Satan" où il racontera que Lucifer est devenu Satan aprés avoir voulu renverser Dieu.

La légende de la chute de Satan vient également de son identification avec le chef des "anges déchus" qui ont été précipités en enfer et dont parle le livre d'Enoch. Ces derniers ne s'étaient sont pas vraiment révoltés mais avaient seulement déserté leur poste au ciel pour venir s'accoupler avec des mortelles et leurs enseigner des secrets scientifiques (un peu comme Prométhée). Dans la Genèse 6;1, il est dit ceci à leur propos :

"Quand les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent des femmes d’entre toutes celles qui leur plurent. Et l’Éternel dit : Mon esprit ne contestera point dans l’homme à toujours; dans son égarement il n’est que chair; ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre, en ce temps-là, et aussi dans la suite, parce que les fils de Dieu étaient venus vers les filles des hommes, et elles leur avaient donné des enfants : Ce sont ces hommes puissants qui, dans les temps anciens, furent des gens de renom. Et l’Éternel vit que la malice de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que mauvaise en tout temps." 

Ces anges déchus s'appelaient les "irins" (veilleurs) et leur chef était Shemyaza ou alors Azazel.
Cet Azazel, d'aprés le livre d'Enoch, est le démon qui a poussé les irins à déserter de leur poste. Il est identifié à une ancienne divinité déchue, qui commandait aux se'irîms (satyres / démons cornus) du désert et auquel les hébreux envoyaient le bouc émissaire chargé de leurs pêchers. Ces démons cornus d'Azazel sont cités dans Lévitique 17,7, Isaïe 13,21 et 34,14 et Jg.5,8. Cet Azazel sera confondu avec Azaël, l'un des anges déchus de Shemyaza ... et qui correspondait peut-être à Asiel, le génie araméen de la métallurgie.

De nombreux autres démons hébreux portent encore des noms de divinités cananéennes. Ainsi Belzébuth n'est autre que Baal et Astaroth n'est autre que Ishtar / astarté.
Ces démons ne sont donc que d'anciennes divinités déchue depuis l'invention du Dieu unique.

A noter qu'il fut un temps ou certaines divinités n'étaient pas encore vraiment transformées en démons mais étaient des êtres subalternes au service de Dieu. (C'était peut-être un reste de l'époque ou Yahweh n'était pas encore le Dieu unique mais seulement le roi des dieux Élohims) :

Ainsi dans Habaquq 3;5, il est dit Que Deber et Reshep accompagnent Dieu.
Deber c'est le dieu de la peste.
Reshep / Reshef c'est le dieu ailé de la fièvre, de la guerre et des éclairs. Il était adoré à Mari et Palmyre.

Dans le Psaume 91;6, Deber devient un démon des ténèbres alors que Qeteb est le démon destructeur de midi, personnification du Sirocco.

Dans le Deutéronome 32;22-23, Dieu envoit contre ses ennemis Rahab (la famine), Reshep et Qeteb Meriri.

Dans Osée 13;14, Debareka (Deber) représente la peste et Qotobka (Qeteb) représente le vent destructeur. Mais avant, vers 680 av jc, Qeteb était encore le dieu Qatiba, dans les textes retrouvés en Canaan.

Dans Isaïe 28;2, Dieu dispose de Barad (dieu de la grêle) et de Qeteb (dieu du Sirocco destructeur)

Dans le Psaume 78; 48-50, Dieu livre les Égyptiens à Barad (grêle), à Deber (peste) et aux Reshapims (Reshep).

Dans Job 5: 7, il est également fait mention des "fils de Reshef ".

Il est possible que le Mashkhîth (l'ange exterminateur) soit aussi une divinité de la peste. Il correspondrait au Maskkadu / Maskim mésopotamien.

On notera que, à l'époque de Jésus, certains pensaient que Lucifer (la planète vénus / L'astre du matin / Heylel) n'était pas déchu mais était toujours aux ordres de Dieu dont il commendait l'armées céleste. Ainsi qu'on le voit dans le roman gréco-habraïque "Joseph et Aseneth XIV, 01-12" :

"Et alors qu'Aseneth terminait sa confession au Seigneur, voici, l'étoile du matin se leva dans le ciel oriental. Et Aseneth le vit et se réjouit et dit: 'Le Seigneur Dieu m'a en effet entendu, car cette étoile est un messager et un annonciateur de la lumière du grand jour.' Et voici, le ciel s'est déchiré près de l'étoile du matin et une lumière indescriptible apparut. Et Aseneth tomba le visage sur la cendre, et un homme du ciel vint à elle et se tint à sa tête, et il l'appela : 'Aseneth'. Et elle dit: 'Qui m'a appelé? Car la porte de ma chambre est fermée et la tour est haute : comment donc quelqu'un est-il entré dans ma chambre ?' Et l'homme l'appela une seconde fois et dit : 'Aseneth, Aseneth !' et elle dit : 'Me voici, mon seigneur, dis-moi qui tu es.' Et l'homme dit : 'Je suis le commandant de la maison de l'Éternel et le capitaine en chef de toute l'armée. du Très-Haut: lève-toi, et je te parlerai.' Et elle leva les yeux et vit un homme semblable à Joseph à tous égards, avec une robe et une couronne et un bâton royal. Mais son visage était comme l'éclair, et ses yeux étaient comme la lumière du soleil, et les cheveux de sa tête comme des flammes de feu, et ses mains et ses pieds comme le fer du feu."

On notera aussi que l'on croit à notre époque que Satan est le maître des enfers, lieu où il torture les pêcheurs. Ceci n'est logique que s'il travaille pour Dieu et punit ceux qui lui ont désobéi. Mais ce serait tout à fait illogique si Satan était l'adversaire et l'ennemi de Dieu.
D'ailleurs nulle part dans l'Ancien Testament ou le Nouveau Testament il n'est dit que Satan est le maître de l'Enfer. C'est là une invention tardive. On peut toutefois trouver une forme précoce de cette idée dans le Livre d'Hénoch 53;3 où il est écrit qu'il est le chef des « anges du châtiments » (Malake Habbalah) dont le travail est de punir les anges déchus dans la "Vallée sans fond" :
"Je vis tous les anges du châtiment s'établir et préparer tous les instruments de Satan."

Chez les Hébreux et chez Jésus, l'Enfer portait le nom de "Géhenne". Et ce n'était pas un lieu de torture mais de destruction définitive.
A l'origine il s'agissait du Guei Hinnom (Vallée de Hinnom) correspondant au wadi er-Rababi prés de Jérusalem. Elle servait de dépotoir et on y entretenait un feu de soufre pour brûler les ordures. Y envoyer les pêcheurs c'était donc métaphoriquement les jeter à la poubelles et les vouer à la destruction par le feu. Dans l'Apocalypse 20;10 on l'appellera l'"Etang de feu" et Satan y sera jeté (mais seulement dans le futur), non pas pour le gouverner mais pour y être détruit :
"Le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles."
Et c'est seulement au VIIème siècle ap.JC,que le texte "Christ and Satan" inventera que Satan a été banni du ciel à cause de sa rebellion et qu'il a été emprisonné en enfer.

C'est compliqué tout ca !
Ca ressemble bien plus à de la mythologie qu'à de la vraie spiritualité.
Les conceptions sur le diable ayant été fortement modifiées avec le temps, ne peut-on donc pas en conclure qu'il n'est qu'une fable ?

Les hommes aiment bien accuser le diable de toutes les bassesses dont ils font preuve ! (C'est marrant : On accuse celui dont le nom signifie l'accusateur ;o)
L'homme devrait évoluer et devenir plus responsable : ce n'est pas en reportant ses défauts sur autrui qu'il parviendra à s'en défaire !