DOSSIER HISTOIRE :



Le Précambrien :                                                                         


Pendant longtemps on a cru que l'ère précambrienne précédait l'apparition de la vie sur Terre, car on ne connaissait pas encore les micro-fossiles qui pouvaient nous renseigner sur elle (On l'appelait parfois "Ere azoîque", c'est à dire "Ere sans vie".)
Maintenant on la connait mieux et on sait qu'elle a vu l'apparition des êtres vivants microscopiques et primitifs avant l'explosion de la vie macroscopique de l'ère cambrienne.

Cependant, beaucoups s'imaginent encore que le Précambrien était une période monotone, sans évènements notables, où seuls existaient quelques microbes évoluant trés lentement (ou même n'évoluant pas du tout) sans qu'on puisse connaitre quoi que ce soit de précis sur eux.
Pourtant les découvertes de ces dernières années nous montrent que cette ère était, au contraire, trés riche en évènements et qu'il est possible de retracer les étapes évolutives complexes de la vie à cette époque.
Mais le public reste en général ignorant de celà et continue de conserver des idées vagues et dépassées sur ce sujet.


Il est donc nécessaire de faire une synthèse des nouvelles découvertes.
Voici donc le "calendrier" des évènements du Précambrien tels qu'on les connait à présent :

-4,568 Ga : Début de l'accrétion de la Terre. Début de l'ère Hadéenne / Éoarchéenne / Catarchéenne.

-4,526 ou 4,533 ou 4,553 Ga : Formation de la Lune lors de la collision entre la Terre et une planète de la taille de Mars : Théia (ou Orphée).

-4,550 Ga : Début de la solidification de la croute lunaire

-4,467 Ga : Le Soleil devient plus chaud. Diminution du bombardement météoritique. Fin de l'accrétion de la Terre (Fin de l'ère hadéenne). La surface de celle-ci cesse d'être un océan de magma et une croute granitique se forme.

-4,467 -4,400 Ga : Condensation de la vapeur d'eau en pluie (cette eau avait été apportée par des astéroïdes du type "C" et par certaines comètes proches issues de la ceinture de Kuiper). La durée du jour ne fait encore que cinq heures environ.

-4,404 (ou 4,280) Ga: Plus anciennes roches découvertes à Nvvuagittuq au Canada.

4,370 Ga : Plus anciens zircons découverts aux Jack Hills (Yilgarn, ouest Australie). Le déséquilibre lutécium - hafnium et la présence d'isotopes lourds de l'oxygène (O18)indiquent que de l'eau liquide existait déja (océan ?).

-4,36 Ga : Fin de la solidification de la croute lunaire

-4,300 Ga : Grand impact sur la Lune, création du bassin de Pole sud - Aitken. La Lune bascule de 15°..

-4,200 (ou 4,150) Ga : Grands impacts sur la Lune, création de la Mer de Smith et de la Mer de la sérénité.

-4,000 Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer de Moscou.

-4,040 - 4,016 Ga (4,031Ga) : Les gneiss et zircons d'Acasta (Canada) indiquent que de l'eau libre existait à cette époque. Les données isotopiques indiquent que la taille de la croûte continentale atteignait déjà 10 à 15 % de l'actuelle.

-3,950 Ga : Les ophiolites de Nulliak dans le Saglek block au Labrador indiquent qu'une tectonique des plaques est déjà en place. Et des traces de carbone allégé (C13 --> C12) sont peut être déja un indice de l'existance d'êtres vivants.

- 3,920 - 3,820 (ou 4,100 - 3,865, ou 4,220 - 3,900) Ga : Période de bombardement météoritique maximal ("Grand bombardement tardif" = "Late Heavy Bombardment / LHB" en anglais = "Epoque Nectarienne" sur la Lune). Cela semble du à la "migration" (déplacement d'orbite) de Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune qui perturbe l'orbite de nombreux astéroïdes.


-3,920 (ou 4,010 ou 4,100) Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer du Nectar.

-3,900 Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer des crises.

-3,900 Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer des humeurs.

-3,890 Ga : Fin de la formation de la planète Mercure.    

-3,850 (ou 3,770) Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer des Pluies.

-3,825 (ou 3,805, ou 3,865 ou 3,872) Ga : 1ers sédiments d'Isua et Akilia (Groenland). Kérogènes enrichis en carbone allégé (C13 --> C12) pouvant être un indice de l'existance d'êtres vivants. Mais cela est plutôt du à la décomposition à haute température du carbonate de fer sous forme de magnétite et de graphite.

-3,820 (ou 3,800) Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer Orientale. Début du remplissage des mers lunaires par de la lave. Formation de l'Océan des tempètes sur la Lune. Celle-ci bascule de 5°.

- 3,820 (ou 3,865) Ga : Fin du bombardement météoritique. Stabilisation de la croute et des océans. 1ers sédiments à Akilia. Début de l'époque Éoarchéenne / Issuenne.


-3,80 - 3,76 Ga : Présence d'isuasphères et de carbone allégé à Isua (Groenland). Cela constitue des indices possibles (mais très discutés) de l'existance d'êtres vivants. Les roches sédimentaires indiquent qu'une tectonique des plaques est déjà en place.
Sur Mars : Optimum climatique.
Le nombre de rivières atteint son maximum.

-3,75 Ga : Apparition des 1ères couches de fer rubanné à Isua. Mais celles-ci sont de type "Algoma" et n'indiquent probablement pas la présence d'oxygène libre mais plutôt une synthèse d'oxydes ferriques (hématites) et de pyrite dans les sources hydrothermales.

-3,70 Ga : 1ères Laves komatites à Isua. Celles-ci indiquent que le volcanisme est plus chaud que le volcanisme actuel. Et la présence de calcaire déja abondant montre qu'une partie du CO2 de l'atmosphère primitive a été fixé, grace à l'action de l'eau, sous forme de calcaire (carbonate de calcium CO3CA). Sans cela l'atmosphère serait tellement dense que sa pression serait 20 fois (ou même 60 fois) plus grande que celle actuelle.
Grand impact sur la planète Mercure. Formation du bassin de Caloris.

-3,7 - 3,5 Ga : Affaiblissement du champs magnétique sur la planète Mars : L'athmosphère n'est plus protégée contre les rayons cosmiques, elle commence à s'éroder et l'eau s'évapore. C'est la fin de la période noachienne (propice à la vie) et le début de l'époque hespérienne. Fin du champs magnétique également sur la Lune (?).

-3,50 (?) Ga : Grand impact sur la Lune, création de la Mer de la tranquilité.

-3,50 Ga : Dépôts de sulfates provenant du dioxyde de soufre émis par un supervolcan. Les isotopes du silicium indiquent que la température de la mer atteint 70°c. Filaments de carbone d'Apex chert en Australie. Ceux-ci ont peut-être une origine biologique mais il est plus probable qu'ils se soient formés dans les écoulements des sources hydrothermales.

-3,49 Ga : 1ers stromatolithes de North Pole dans le Pilbara (ouest Australie). Ceux-ci sont la 1ère trace indiscutable de l'existance d'une vie bactérienne. Début de l'époque Swazienne.

-3,465 Ga : Présence de stromatolithes, de filaments et d'opanes (indices de vie bactérienne) à Warrawoona dans le Pilbara (ouest Australie). Les indices isotopiques indiquent qu'une photosyntèse d'un type non-producteur d'oxygène est utilisé. Les bactéries détectées sont donc probablement des bactéries sulfureuses vertes ou pourpres. D'autres indices isotopiques indiquent également la présence de bactéries méthanogènes (productrices de méthane) et de bactéries consommatrices de méthane.

-3,42 (ou 3,465) Ga : Présence de 11 types de bactéries différentes (et de houille de bactéries) à Trundall dans le Pilbara (ouest Australie). Primaevifilum minutum, P. Laticellulosum, P attenuatum, P. delicatulum, P. amoenum, P. conicoterminatum, Archaeoscillatoriopsis disciformis, A. grandis, A. maxima, etc ...

-3,40 Ga : En Australie, dépôts de sulfates provenant de l'activité de bactéries soufrées ... ou du dioxyde de soufre émis par un supervolcan. Au Witwatersand, en Afrique du sud, la présence d'uraninite et de pyrite détritique indique que l'atmosphère est encore réductrice (c'est à dire sans oxygène).

-3,30 Ga : La composition des laves komatiites de Barberton prouv l'existance d'une tectonique des plaques à cette époque.

-3,25 Ga : La chute d'un astéroïde crée un cratère de 38 à 57 km de diamètre à Onverwacht (Afrique du sud) et dépose une couche d'iridium à Fig Tree (Afrique du sud).
Cet évènement semble avoir déclanché le début de la subduction et de la tectonique des plaques.
Dépôts de sulfates provenant du dioxyde de soufre émis par un supervolcan.
Houille de bactéries à Barbeton dans le Swaziland. Pétrole de bactéries sphéroïdales soufrées à Fig Tree en Afrique du sud. Bactéries éobactériums isolatums à Warawoona dans le Pilbara (ouest Australie) et à Fig Tree (Swaziland). Les cherts commencent à s'apauvrir en isotopes O18, ce qui montre que la température de l'eau de mer commence à monter. (L'analyse isotopique du silicium montre que la température des océans est alors de 70° ... mais une autre étude indique plutôt 39° seulement).

-3,2 Ga : Premières bactéries vivant à la surface des continents, en Afrique du sud.

-3,1 Ga : Stromatolithes de Pongola et de Bularvayan en Afrique du sud.

-3,0 Ga : Stabilisation des isotopes de soufre par disparition des réactions photochimiques "MIF" (MIF = "fractionnement des isotopes du soufre indépendant de la masse", induit par les rayons ultraviolets). Cela indique qu'une couche de nuages empêche désormais les rayons ultraviolets du soleil d'atteindre la terre. Ces nuages proviennent peut-être du gaz carbonique CO2 ou alors du méthane CH4 rejeté par les bactéries méthanogènes (H2 + CO2 --> CH4). L'apauvrissement des cherts en isotopes O18 montre que l'eau de mer est désormais trés chaude, probablement à cause de l'effet de serre intense du au gaz carbonique CO2 ou au méthane CH4.

-3,00 - 2,90 : La croissance de la croute continentale, due à la tectonique des plaques, provoque une altération des silicates et une baisse du taux de CO2 dans l'atmosphère. Le CO2 devenu moins abondant que le CH4, il se forme une brume de composés organiques, et la température baisse de 10°c à cause de la diminution de l'effet de serre.

-2,92 Ga : 1ères cyanobactéries photosynthétiques fixant le CO2 et rejetant de l'oxygène. Début de l'époque Laurentienne.

-2,90 - 2,78 Ga : Glaciation de Pongola au Swaziland et du Witwatersrand en Afrique du sud. Elle est due à la destruction de l'effet de serre par la baisse du CO2 (et à cause de l'oxygène qui se combine au méthane ?)

-2,8 Ga : Pic de carbone léger indiquant que la vie se redéveloppe rapidement aprés la fin de la glaciation.

-2,8 - 2,7 Ga : Cyanobactéries ou sidérobactéries (oxydant le fer et le manganèse) de Bulawayo at Zimbabwé. Thucomyces lichénoïdes en Afrique australe.

-2,724 Ga : Stromatolithes de Tumbiana dans le Pilbara (ouest Australie) correspondant à des mico-organismes consommant peut-etre de l'arsenic ou oxydant du méthane par des sulfates.

-2,70 - 2,60 Ga : Fin des petites couches de fer rubanné de type "Algoma" (dues à l'activité des bactéries photosynthétiques pourpres ?). Début des grands dépots de fer rubanné (BIF) de type "Lac supérieur" dans le fond des mers, fabriqués par la combinaison du fer avec l'oxygène rejeté par les cyanobactéries. L'oxygène libre n'existe pas dans la mer car il y est lié au fer, et il a du mal à se répandre dans l'atmosphère car les volcans sont encore trés réducteurs et émettent des gaz qui le fixent : Le méthane (CH4) et le monoxyde de carbone (CO) se combinent avec l'oxygène pour former du dioxyde de carbone (CO2) et le sulfure d'hydrogène se combine avec lui pour former du sulfate (SO4-2).

-2,75 - 2,50 Ga : Grande croissance crustale. Accrétion de Kénorland / Hudsonia, le premier supercontinent.

-2,740 Ga : La pression atmosphérique est deux fois plus faible que celle actuelle. Les oxydes ferriques trouvés dans des micrométéorites à  Pilbara confirment la présence d'oxygène.

-2,65 Ga : Pétrole de cyanobactéries dans le Pilbara (ouest Australie). Présence de stéranes de mycobactéries ou de protéobactéries (mais probablement pas d'eucaryotes) à Pilbara et Wittenoom en Australie. Ces stéranes sont fabriquées grace à la présence d'oxygène.

-2,65 Ga -2,50 Ga : Les dépots de nickel deviennent 400 fois plus rares, hors ceux-ci étaient indispensables aux bactéries pour fabriquer du méthane fixant l'oxygène. Alternance de périodes où le méthane (produit par les bactéries méthanogènes) prédomine et de périodes où l'oxygène (produit par les cyanobactéries) prédomine. Finalement, les bactéries productrices de méthane s'effacent devant les productrices d'oxygène.

-2,588 - 2,549 Ga : Cyanobactéries de Nauga, Prieska (Afrique du sud). Début de l'époque Algonkienne inférieure / Huronienne.

-2,50 Ga : Le méthane (CH4) est dissocié par les rayons solaires dans la haute atmosphère, ce qui libère de l'hydrogène qui s'échappe dans l'espace. L'athmosphère devient donc moins réductrice et permet ainsi à l'oxygène de se répendre sans être fixé. Phase d'expansion des stromatolithes. Indices de 5 grands impacts météoritiques (?).

-2,40 Ga : Début de l'époque sidérienne. Les laves komatiites (magmas "mafiques" riches en métaux) sont de plus en plus rares, indiquant que le volcanisme devient moins chaud et se rapproche progressivement du type actuel émettant des magmas évolués "felsiques" riches en silicates). Les anciens volcans étaient sous-marins et réducteurs, c'est à dire qu'ils émettaient des gaz réduits (H2, CO, CH4 et H2S) capables de fixer l'oxygène. Ils sont progressivement remplacés par des volcans continentaux non-réducteurs, qui émettent des gaz oxydés (H2O, CO2 et SO2) qui ne fixent pas l'oxygène. Les TTG (Tomalites - Trondhjemites - Granodiorites) sont remplacés par de l'andésite.

-2,45 Ga : Les volcans étant devenus non-réducteurs, ils laissent l'oxygène libre s'accumuler massivement dans l'atmosphère. Lorsque le taux d’oxygène atteint 1% dans l’atmosphère, il peut commencer à se maintenir également dans les océans : C'est l'époque de la "grande oxygénation".
Début de la formation massive de dépots de fer rubanné (BIF) dans le fond des mers. Ceux-ci sont constitués par l'alternance de couches d'hématite (oxyde de fer FE2O3), riches en oxygène, déposées en été, et de couches de silice et de magnétite (oxyde de fer FE3O4), plus pauvres en oxygène, déposées en hiver. C'est ce qu'on appelle la "grande oxydation" ou la "révolution de l'oxygène".
Le taux de réactions photochimiques "MIF" commence à baisser. L'enrichissement des cherts en isotopes O18 montre que l'eau de mer devient plus froide. L'effet de serre induit par le CO2 dans l'atmosphère diminue en effet car les cyanobactéries consomment du CO2 pour produire leur oxygène O2 (Le CO2 est alors piégé sous forme de carbonate de CO dans les mers). De plus, cet oxygène O2 réagit avec le méhane CH4 de l'atmosphère, hors celui-ci est également un gaz à effet de serre. Tout cela contribue à refroidir la Terre et à la diriger vers une période glaciaire.

-2,40 Ga : Glaciation Huronienne de Ramsay Lake. Cratère météoritique de Suavjärvi (16 km de diamètre) en Carélie (63°7'N 33°23'E). Terre "boule de neige" ?
Existance de mycélium (ressemblant à ceux des champignons) à Ongeluk en Afrique du sud.

-2,34 Ga : Glaciation Huronienne de Bruce. Terre "boule de neige" ?

-2,325 Ga : Phase d'expansion des stromatolithes. Ceux-ci deviennent communs.

-2,320 - 2,230 Ga : Glaciation Huronienne de Gowganda. Terre "boule de neige".

-2,229 Ga : Formation du cratère météoritique de Yarrabubba en Australie. Cet impact est peut-être la cause de la fin de la déglaciation.
Début de la division du supercontinent de Kénorland / Hudsonia.

-2,25 - 1,90 Ga : Pic de la fabrication d'oxygène par les cyanobactéries aprés la fin de la glaciation (l'augmentation du taux d'oxygène O13 dans les carbonates indique une quantité de matière organique plus importante). La stabilisation des isotopes de soufre (disparition des réactions photochimiques "MIF") indique que la teneur athmosphérique en oxygène O2 est assez élevée pour former une couche d'ozone O3 en altitude qui arréte les ultraviolets. Le taux de formation du fer rubanné (BIF) et de l'uranium oxydé (Uraninite UO2) atteint son maximum puis commence à baisser : C'est la fin de l'époque sidérienne et le début de l'époque rhyacienne. Début des "couches rouges" continentales constituées de fer oxydé (hématite FE2O3). L'oxygène permet aussi la formation de dépos de manganèse au Kalahari (Postmasburg) Les océans cessent d'être acides.

-2,15 Ga : Premiers eucaryotes (êtres vivants plus évolués que les bactéries procaryotes) chlorophylliens à Belcher et Negaunee (Canada). Les terres émergées d'Afrique australe sont colonisées par des Diskagmas Buttonniis, des créatures multicellulaires (eucaryotes ?) en forme d'urnes reliées en grappes.

-2,10 Ga : Eucaryotes pluricellulaires capables de se déplacer dans les sédiments marins à Franceville au Gabon.

-2,023 ou 2,033 Ga : Cratère météoritique de Vredefort (280 km de diamètre) sur le craton de Kaapvaal en Afrique du sud (Lat = 27°0’ S Long = 27°30’ E).

-2,15 - 1,90 Ga : Début de l'époque Algonkienne moyenne / Animikienne / orosirienne. Eucaryotes : Cellules coloniales entourées d'une gaine de mucus (cyanobactéries ou algues rouges ?), huroniospores (cyanobactéries ou spores de champignons ?), eoastrions, eosphaeras, gunflintias et kakabekias umbellatas à Belcher (nord-ouest Canada) et à Gunflint (Ontario, 2,09 Ga), grypanias spiralis à Negaunee (Michigan), et acritarches pluricellulaires à coques dures (spores d'algues vertes ou rouges) à Medecine Peaks (Wyoming). Moranias (eucaryotes ou procaryotes ?) à Nastapoka (Canada) et à Knob Lake et Attikanagen (Quebec). Eucaryotes pluricellulaires gabionontes à Franceville au Gabon (organismes mous et gélatineux, présence de stéranes). Ceux-ci se développent probablement en profitant du pic d'oxygène ... puis ils semblent disparaitre avec la fin de ce pic.

-1,925 Ga : Algues filamenteuses d'Epworth au Canada.

-1,90 -1,80 Ga : Formation du supercontinent de Columbia / Nuna / Hudsonia / Hudsonland. Glaciation, fin du pic d'oxygène.

-1,87 Ga : Début d'un nouveau pic d'oxygène momentané aprés la glaciation. Algues eucaryotes Grypanias spiralis (eucaryotes unicellulaires géants ou pluricellulaires ?)

-1,87 -1,70 Ga : Derniers dépots de Pyrite, de fer rubanné (BIF) et d'uraninites UO2 (remplacées par les oxydes uraniques UO3 solubles). L'oxygène n'a plus du tout de métaux pour le fixer et il peut enfin se répandre vraiment librement dans l'atmosphère. Expansion des "couches rouges" continentales constituées de fer oxydé (hématite FE2O3).

-1,850 Ga : Cratère météoritique de Sudbury (250 km de diamètre) en Ontario (Canada).

-1,80 Ga : Kystes d'eucaryotes flagellés. Fin de l'époque orosirienne et début de l'époque stathérienne.

-1,73 Ga : Eucaryotes acritarches chuarias, eucaryotes acritarches tyrasotaenias (algues rouges ?) et eucaryotes stictosphaeridiums implexums à Chuanlinggou (Chine). Eucaryotes acritarches longfengshanides pluricellulaires, eucaryotes acritarches chuarias, eucaryotes acritarches tyrasotaenias et eucaryotes tawulas (algues ou mycétozoaires) à Tuanshanzi.

-1,70 Ga : Glaciation. Nouvelle baisse de l'oxygène.

-1,65 Ga : Eucapsis (algues rouges pluricellulaires) de Paradise Creek en Australie.

-1,60 Ga : Médusoïdes (?) de Nolténius (nord Australie) et algues rouges en Inde. Début de l'époque Algonkienne supérieure / Riphéenne, fin de l'époque stathérienne.

-1,60 - 1,50 Ga : Début de la division du supercontinent de Columbia.

-1,50 Ga : Glaciation (?). La concentration en oxygène se stabilise à un taux comparable à l'actuel.

-1,485 Ga : Présence des Horodyskias, eucaryotes ressemblant à des colliers de perles.

-1,45 Ga : Eucaryotes pluricellulaires et sexués de Shamberlain Shale. Algues pluricellulaires de Little Belt Mountain (Montana). Eucaryotes acritarches (kystes de dinoflagellés unicellulaires ou d'algues vertes prasinophycées ?) à Belt (Montana). Acritarches Leiosphaeridias (algues vertes chlorophycées ?) à Roper (Australie). Eucaryotes sivaglicanias à Omachtinsk en Sibérie (ancètres des champignons et animaux ?).

-1,45 -1,42 Ga : Algues à thalle ramifié à Belt (Montana) et Gaoyuzhang (Chine).

-1,43 Ga : Acritarches pterospermosimorphas capsulatas de Zigal'ga en Russie.

-1,45 -1,35 Ga : Diversification des stromatolithes.

-1,34 Ga : Chlorophytes pyramimonadales à Zigazino Komarovsk (Russie).

-1,32 Ga : Acritarches Quadratimorphas et 1ères algues vertes pluricellulaires urotrichales (?) à Wumishan (Chine).

-1,30 Ga : Glaciation en Afrique (?). Eucaryotes Grypanias spiralis (unicellulaires géants ou pluricellulaires ?) au Montana, en Chine et en Inde.

-1,30 - 1,20 Ga : Eucaryotes de Besk Spring Dolomite (Californie). Algues vertes unicellulaires pterospermas micromonadophytes et algues pluricellulaires ulvophycées de Wumishan (Chine). Champignons, algues brunes et dinoflagellés de Lakhanda (Sibérie).

-1,25 Ga : Eucaryotes Acritarches quadratimorphas à Hongshuizhuang (Chine).

-1,27 -1,19 Ga : Acritarches valerias lophostriatas à Agu Bay et Baylot au Canada. Dinoflagellés, chlorophytes pyramimonadales et chromophytes à Thulé (Groenland). Apogée des stromatolithes.

-1,20 Ga : Eucaryotes bangiomorphas pubescens plurilellulaires et sexués au Canada. Acritarches simias annulares et pterospermellas à Thulé. Algues vertes Spiromorphas segmentatas à Ruyang (Chine).

-1,10 Ga : Formation du supercontinent de Rodinia.

-1,03 Ga : Acritarches prismatomorphes Octoexydriums à Lakhanda (Sibérie).

-1,00 Ga : Plantes encaryotes d'eau douce en Ecosse.

-1,00 - 0,90 Ga (ou 0,94 Ga) : Glaciation Laurentienne et du bas Congo. Début de l'époque Hadrynienne et Tonienne.

-0,90 Ga : Début de la division du supercontinent de Rodinia.

-0,90 - 0,85 Ga : Expansion des acritarches à Lakhanda (Sibérie). Octoedryxiums. Nombreuses espèces nouvelles ?

-0,815 Ga : Début de la grande oxygénation du néo-protérozoïque. Le taux d'oxygène passe à 10,9% de l'atmosphère, ce gaz n'étant plus absorbé par les surfaces terrestres ni accaparé pour former de l'ozone O3.

-0,800 - 0,785 Ga : "Anomalie de Bitter Spring" = Montée du carbone 12 indiquant une expansion des êtres vivants. Celle-ci est provoquée par l'augmentation du taux d'oxygène dans l'atmosphère.
Les isotopes du silicium indiquent que la température de la mer atteint 20°c.

-0,840 - 0,740 Ga : 1ers animaux bilatéraux possibles ???

-0,770 Ga : Algues vertes filamenteuses ulothricacées (?) de Skillogalee (Australie).

-0,770 -0,736 Ga : Glaciation globale de Kaigas / Changan ?

-0,760 Ga : Début des spongiaires ?

-0,750 Ga : Amibes à test. Dinoflagellés et algues vertes pluricellulaires (vaucheriales, cladophorales, chlorococales et chaetophorales) à Svanbergfjellet (Spitzberg). Vers de Jiuliqiao en Chine (pararenicolas, protaerenicolas et sabellidites).

-0,750 -0,730 Ga : Montée du taux d'oxygène après la fin de la glaciation, nombreuses espèces animales.

-0,717 (ou 0,723) - 0,705 Ga : Glaciation globale Sturtienne / Rapitienne / Chuos (Terre "boule de neige"). Bactéries de Kingston (Californie). Nouveaux BIF de type "rapitien".Début de la période Cryogénienne.

-0,700 Ga : Interglaciaire de Nyborg / Ekné. "Anomalie de Rasthof" = Montée du carbone 12 indiquant une expansion de l'oxygène et des êtres vivants (1ères mousses et 1ers animaux métazoaires ?).

-0,680 - 0,660 Ga : Glaciation Torridonienne / Tiesiao / Sturtienne finale. Hécatombe animale.

-0,660 - 0,640 (ou -0,659) Ga : "Anomalie de Trezona" = Montée du carbone 12 indiquant une expansion de l'oxygène et des êtres vivants (surtout les algues vertes) aprés la déglaciation. Stéranes retrouvés à Huqf en Oman (appartenant à des éponges ou à des amibes ?).

-0,6355 - 0,6352 (ou -0,6490 -0,6350) Ga : Glaciation globale Marinoenne / Varanger / Elatina / Ghaub / Nantuo (Terre "boule de neige"?). Hécatombe d'animaux.

-0,635 - 0,630 Ga : Pic d'oxygène permettant à la vie de se diversifier. Animaux à tentacules de Lantian en Chine (?.) Début de l'époque Éocambrienne / Vendienne.

-0,620 Ga : Traces de vers en Caroline du nord ???

-0,614 Ga (ou -0,620 -0,590) : Glaciation (???).

-0,620 - 0,600 Ga : "Anomalie de Maieberg" = Montée du carbone 12 indiquant une expansion de l'oxygène et des êtres vivants après la fin de la glaciation. Chrysophycées à Tindir (Canada). 1ères mousses et 1ers animaux cnidaires (médusoïdes) à Twitya au nord ouest du Canada : Nimbias, cycloméduses et vendellas.

-0,590 - 0,565 Ga : Mézomycétozoaires, spongiaires, vers, cnidaires et animaux bilatéraux Vernanimalculas à Doushantuo (Chine). Algues rouges ou lichens marins en Chine. Nouveaux acritarches à Pertatataka (Australie) et Khamaka (Yakoutie). Nombreuses espèces nouvelles. Premiers vers sinosabelliditides vers -0,585 Ga à Liulaobei en Chine.

-0,57988 -0,57963 (ou 0,58200 -0,57870) Ga : Glaciation de Gaskiers / Egan / Luoquan. Cratère météoritique d'Acraman (diamètre = 20 à 85 km) en Australie du sud. Hécatombe des acritarches.

-0,579 - 0,565 Ga : Pic de carbone 12 indiquant une expansion de l'oxygène et des êtres vivants après la fin de la glaciation. (Début de l'"explosion avalonienne" de la vie).

-0,571 -0,570 Ga : Formation du supercontinent de Pannotia. Impact d'une météorite (?). Glaciation de Fauquier (?) provoquant une forte baisse du carbone C13 ("Anomalie de Shuram-Wonoka"). Grands animaux à corps mous à Terre neuve.

-0,565 Ga : 1ères traces laissées par des vers mobiles.

-0,565 - 0,560 Ga : Expansion des grands animaux pneumatiques vendobiontes d'Ediacaria-Avalon.

-0,560 - 0,550 Ga : Animaux vendobiontes / vendozoaires d'Ediacaria-White Sea. Mollusques kimberellos et dipleurozoaires yorgias de Zimnie Gorie (Russie). Expansion des algues calcaires. Glaciation sinienne (Shuram-Wonoka final :-0,556 -0,551 Ga) = Maximum de concentration de l'oxygène et du carbone C12, et minima du C13, permettant à la vie de se diversifier.

-0,550 - 0,544 Ga : Animaux vendobiontes / vendozoaires d'Ediacaria-Nama. (-0,549 Ga : Pic de Carbone; -0,548 -0,543 Ga : Maximum de diversité animale).
Début des squelettes internes et externes en carbonate de calcium.

-0,5470 -0,5415 Ga : Glaciation Baykonurienne. Baisse du carbone 12 (dés -0,544 Ga) indiquant un recul des êtres vivants. Division du supercontinent de Pannotia.

-0,544 - 0,530 Ga : Début de l'époque Cambrienne. Montée du carbone 12 indiquant une expansion de l'oxygène et des êtres vivants (Animaux agnathes et à coquilles phosphatées) après la fin de la glaciation. Début des vers phycodes pedum et de la "faune à petites coquilles" (SSF).

-0,541 Ga : Chute du niveau de silicium indiquant que les animaux utilisent désormais la silice pour se fabriquer des coquilles. Fin de la période édiacarienne et des vendobiontes. Début de l'ère primaire et du Cambrien.

-0,530 - 0,527 Ga : Epoque Tommotienne, "explosion Cambrienne" de la vie sur toute la Terre (Archéocyates et "faune à petites coquilles").

-0,534 - 0,505 Ga (ou 0,564 - 0,550 Ga) : Episode de boulversement inertiel. L'axe de rotation de la Terre bascule de 90° en 15 millions d'années par "dérive du pole par échange inertriel" ("IITPW" = Inertial interchange true polar wander).

Pour le reste, à partir du Cambrien, tout le monde connait la suite de l'histoire : elle est aisément trouvable dans tous les livres de vulgarisation parlant de l'évolution de la vie.